Author: Association ESPAS

COMPLET | Formation « Adolescent.e.s auteur.e.s d’abus sexuels et enfants à comportements sexuels problématiques » | 17 & 18 novembre 2021

Cette formation est complète.
Si vous souhaitez être mis sur notre liste d’attente en cas de désistement de l’un.e des participant.e.s,
veuillez svp nous adresser votre demande par email à l’adresse formation@espas.info.

A ce jour, cette formation est prévue en présentiel. En fonction de l’évolution de la situation sanitaire, elle pourra être proposée en visioconférence. Le cas échéant, les participant.e.s seront tenu.e.s informé.e.s en temps opportun.

17 & 18 novembre 2021

Bien souvent nous constatons que pour nombre de professionnel.le.s et d’adultes concernés, lorsque deux ou plusieurs enfants ou adolescent.e.s sont impliqué.e.s dans des comportements sexualisés, les limites entre comportements « normaux » ou d’exploration et des actes répréhensibles et dommageables ne sont pas toujours très claires. Ceci a comme conséquence que les adultes ne savent pas comment se comporter. Dès lors, il y a un risque à la sur-réaction ou à l’inverse, à la banalisation. 

Contenu

A travers des exemples concrets, d’apports théoriques et d’échanges, ces deux jours de formation ont comme buts principaux de vous permettre de :

  1. Connaitre la différence entre jeux sexuels “normaux”, « abus sexuels » et « infraction à caractère sexuel » ;
  2. Savoir réagir adéquatement en cas de soupçon ou d’abus sexuels avérés lorsque des jeunes sont impliqués ;
  3. Savoir comment accompagner un.e jeune auteur.e d’abus sexuels ;
  4. Savoir accompagner un enfant à comportement sexuels “problématiques” ;
  5. Identifier les bons réflexes afin de développer des procédures et une prévention au sein de son institution

Informations pratiques

Public : professionnel.le.s au contact d’enfants, de jeunes ou de personnes en situation de handicap, au bénéfice d’une formation de base en psychologie, dans les domaines du social, de l’éducation, de l’enseignement ou du médical
Formateur : Marco Tuberoso, psychologue FSP/AVP, directeur ad interim & responsable prévention & formation d’ESPAS
Tarif : CHF 500.-

De nouveaux membres au sein de notre Comité

Dès le 10 juin, nous avons le plaisir d’accueillir deux nouveaux membres au sein de notre Comité.
Nous félicitons Mme Taciana Da Gama, avocate spécialisée en droit des victimes LAVI et de la famille et M. Jean Tschopp, responsable du Service juridique d’Unia et député au Grand Conseil vaudois pour leur élection et leur souhaitons une cordiale bienvenue !

COVID-19 : Quelques conseils et astuces pour les parents pour mieux vivre le confinement

La pandémie de COVID-19 nous impose de rester à la maison, bouscule notre quotidien et peut causer des tensions dans votre famille. Et cela est normal, car petits et grands doivent prendre de nouvelles habitudes et apprendre à vivre différemment !

Voici quelques conseils pour appréhender cette période particulière avec calme et sérénité.


Parler du virus et de prévention

Il est important de prendre le temps de discuter de la situation à vos enfants, avec des mots adaptés pour eux. Prévoyez aussi du temps pour répondre aux questions. Pour cela, pourquoi ne pas recourir au jeu, comme l’a fait cette maman ?


Si vous préférez les livres, le COVIBOOK, disponible en plus de 20 langues, permet d’expliquer aux tous petits ce qu’est le COVID-19.


Comment organiser ses journées quand on est confiné en famille ?


Créer une routine

Garder des repères est important pour que la période se déroule en douceur. Vous avez donc tout à gagner à mettre en place une routine pour encadrer les moments importants de la journée comme : se lever, se coucher, manger, apprendre, jouer, etc. Vous pouvez bien évidemment adapter celle que vous utilisez en période scolaire.

Délimiter des espaces précis

Un autre petit geste facile à mettre en place est de délimiter des espaces, par exemple : pour faire l’école, pour que les adultes puissent travailler, pour se reposer ou pour jouer. Cela peut se faire, par exemple, en disposant du scotch par terre.

Privilégier ce qui est important pour vous

Vous pouvez organiser vos activités autour d’axes spécifiques, qui vaudront autant pour les enfants que les adultes.

Vous souhaitez continuer à apprendre ? Vous pouvez bien évidemment faire l’école à la maison, mais aussi transmettre des apprentissages plus « pratiques », comme plier le linge, percer des trous pour les plus grands, cuisiner en famille.

Être solidaire pourrait en être un autre. Un coup de fil, une petite lettre ou des courses ? En famille, réfléchissez aux personnes dans votre entourage, vos voisins, votre famille, qui pourraient avoir besoin d’aide ou pour qui un petit geste ferait la différence ?
L’initiative « Calin postal » propose aux enfants d’écrire des lettres ou d’envoyer des dessins à des personnes âgées seules chez elles ou en EMS. Un joli moyen de conserver des ponts entre génération, sans prendre de risques !

Mais surtout, ne pas oublier de prendre soin de soi et de son chez soi. Privilégiez les activités qui vous font du bien ! Y a-t-il, dans votre chez vous, des choses à trier, à ranger, à laver que vous avez toujours laissées de côté ?


Quelques idées d’activités à faire avec les enfants

Si vous manquez d’idées, différents organismes ont créé des répertoires d’activités à faire en famille ou seul. Vous les trouverez dans la liste ci-dessous.


Besoin d’aide ?

Le Service de Protection de la Jeunesse du canton de Vaud propose une ligne d’appels téléphonique pour les parents qui rencontrent des problèmes dans la gestion de la vie quotidienne. Cette ligne professionnelle, confidentielle et gratuite est ouverte du lundi au vendredi, de 8h à 20h, au 021 644 20 32.

Pour les jeunes jusqu’à 25 ans 

  • La ligne d’appels 147 : Des professionnels sont à disposition des enfants et des jeunes pour les écouter, pour partager les angoisses ou les difficultés, en particulier celles liées à cette situation difficile.
  • Le site Ciao.ch est à disposition des adolescents confrontés à des angoisses, des difficultés ou simplement pour répondre à leurs questions

Attention, ces lignes ne dispensent pas des conseils médicaux !

Nous espérons que ces conseils pourront vous être utiles et vous souhaitons à tous beaucoup de force, de calme et surtout de santé pour les temps à venir. 

La Fondation du 100è anniversaire de la BCVs décerne un prix à notre Antenne valaisanne

Mercredi 29 janvier 2020, la Fondation du 100e anniversaire de la Banque cantonale du Valais a attribué l’un des Prix Humanitaire et Social à l’Antenne valaisanne d’ESPAS.

Lors d’une cérémonie, trois autres associations du canton se sont également vues remettre un chèque d’un montant de CHF 5’000.- en soutien à leurs activités.

Nous remercions chaleureusement la BCVs pour ce généreux don, qui nous permettra de continuer à oeuvrer en faveur des personnes qui ont été confrontées à l’innommable dans le canton du Valais.

Lire le communiqué de la BCVs

Comment réagir si un enfant explique que son entraineur entre systématiquement dans les vestiaires après l’entrainement ?

Imaginons que des parents vous informent que le moniteur de leur enfant entre systématiquement dans les vestiaires après son entrainement. Comment réagiriez-vous ?

Par cet exemple, qui pourrait survenir dans votre structure, nous souhaitons vous proposer quelques éléments pour alimenter votre réflexion, autour d’une thématique qui préoccupe bien souvent les organismes sportifs.

Un objectif : Protéger les jeunes sportifs

Par ailleurs, si une telle situation devait se produire dans votre structure, le premier point à aborder serait de vous demander si le comportement de cet encadrant est adéquat ou non. Un certain nombre d’éléments sont à prendre en compte pour y répondre. Par exemple, l’âge des sportifs. Ainsi, cela peut vous sembler plus justifié si cela concerne de jeunes enfants que des adolescents. Et encore…

Rappelons-le : outre la transmission d’une passion et l’apprentissage de votre sport, le rôle de vos encadrants est également d’assurer la sécurité des jeunes sportifs. Ainsi, le vestiaire ne devrait pas devenir une zone de non-droit pour les adultes. En effet, il est important que vos coaches aient le droit d’y entrer en cas de besoin des enfants, mais cela ne devrait pouvoir se faire que dans des conditions spécifiques.

Dans l’exemple qui nous occupe, ce qui questionne est l’aspect systématique. Car ce qui est vu comme tel par une personne, ne l’est peut-être pas pour une autre. Il est donc important de comprendre ce que cela signifie : est-ce que l’encadrant le fait à chaque entrainement ou de temps à autre ? Si la balance tend davantage vers « chaque entrainement », cela peut mettre en lumière une attitude pas forcément adéquate de la part de l’adulte. Un comportement qui peut non seulement le mettre en danger mais aussi importuner grandement les enfants.

Un cadre clair pour la sécurité de tous

Afin de protéger vos jeunes sportifs et leurs entraineurs, il est donc important pour votre club de mettre en place des règles internes. Plutôt que d’interdire tout accès aux vestiaires aux adultes, il s’agira de définir comment et dans quelles conditions l’encadrant peut y accéder. Par exemple, pour donner les formations d’équipe, débriefer après un match ou un entrainement ou tout simplement porter assistance à un jeune en cas de chute ou de bagarre.

Un autre aspect à prendre en compte est la question de l’hygiène, qui peut sembler très importante pour l’adulte. En effet, pour certains encadrants, il est impératif que les joueurs prennent une douche après une activité physique. Ainsi, être dans les vestiaires, c’est s’assurer que les douches soient prises. Mais est-ce que cela justifie un contrôle systématique par un adulte ? La réponse ne sera pas la même lors d’un entrainement hebdomadaire que durant un camp ! Et, encore une fois, même dans un tel contexte, il est important qu’un cadre soit défini. Par exemple, il est tout à fait possible de proposer le port d’un caleçon de bain. 

Un espace défini en co-responsabilité

Une fois que votre club aura déterminé un fonctionnement interne, il convient de l’expliciter à chacun : aux coaches, aux parents et aux enfants. Ainsi, chacun pourra devenir partie prenante, évoluer dans un espace où il se sent bien et sache comment mener son rôle.

S’engager seul dans des telles démarches peut vous paraître compliqué ou contraignant.  Vous soutenir dans la mise en place de stratégie de prévention est au cœur de notre prévention. Par des interventions adaptées à vos activités ou développées sur mesure, nous souhaitons accompagner chaque organisation qui souhaite rester un espace sécuritaire pour tous.

Activités de loisirs : Des lignes directrices nationales pour la prévention des abus sexuels contre les enfants et les adolescents

Le réseau national « Prévention des abus sexuels dans le domaine des loisirs », a récemment publié ses lignes directrices nationales pour la prévention des abus sexuels contre les enfants et les adolescents dans le domaine des loisirs.

Issues de la collaboration entre l’organisation faîtière suisse Protection de l’enfance et les associations Limita et ESPASces lignes de conduite ont pour objectif d’offrir un cadre de référence national pour le travail de prévention des structures proposant des activités de loisirs aux enfants et aux adolescents.