Day: 21 février 2019

Que faire si un adulte encadrant a des gestes déplacés envers un-e jeune ?

Imaginons que lors d’un camp, en passant devant une chambre dont la porte est ouverte, vous voyez, couchés sur un lit, une encadrante de 22 ans qui a sa main sur le ventre d’un participant de 17 ans. Comment réagiriez-vous ?

Par ce type d’exemples fictifs, que nous utilisons parfois dans nos cours de prévention, nous souhaitons vous inviter à réfléchir à des situations concrètes, pouvant survenir au sein de vos activités et vous proposer quelques éléments de réponses.

Une situation qui questionne mais « non-illégale »

Au niveau légal, et dans ce contexte, les contacts prodigués sur le ventre du jeune ne sont pas considérés comme des actes d’ordre sexuels. Ils n’en demeurent toutefois pas moins questionnants ! En effet, comme l’avions vu dans cet article, cette situation peut notamment mettre en lumière que la monitrice n’est pas au clair quant aux exigences liées à son rôle éducatif.

Pour rappel, est défini comme acte d’ordre sexuel : « une activité corporelle sur soi-même ou sur autrui qui tend à l’excitation ou à la jouissance de l’un des partenaires au moins ». Autrement dit, il est interdit de toucher les parties « bikini » et d’embrasser avec la langue.

Le rapport de dépendance éducative

Or, aux vues de ce qui précède, si les faits observés ne semblent pas illégaux en tant que tels, il est important de rappeler que les actes d’ordre sexuel sont pénalement interdits entre un encadrant et un jeune âgé de 16 à 18 ans. En effet, le rapport de dépendance éducative qui lie l’encadrante et le jeune, rend, d’un point de vue légal, impossible toute relation entre les deux protagonistes. Et ce, même si le jeune a atteint la majorité sexuelle !

Alors, comment réagir… ?

… de manière générale ?

Une des questions à vous poser, est est-ce que vous réagiriez de la même manière si cette situation avait concerné un moniteur et une jeune ou des personnes du même sexe ?

…avec le jeune ?

Comme lorsqu’un enfant viendrait se confier, une seule question est à poser pour clarifier la situation : « peux-tu m’en dire plus ? ».

…avec la monitrice ?

Selon les informations reçues par le jeune, quelles suites envisager ? Un recadrage ? Une exclusion ? En fait, cela dépend des règles de conduite et des attentes explicitées à vos équipes, qui auraient dû être posées en amont.

Ces questions doivent vous paraitre déroutantes ! C’est pourquoi, lors de nos formations, nous vous accompagnons dans les réflexions nécessaires à la mise sur pieds de mesures de prévention et vous proposons des solutions afin de permettre à vos équipes d’exercer leur rôle auprès des enfants dans les meilleures conditions.

Vous souhaitez davantage d’informations ? Contactez-nous !